L'étrange Poupée

Publié le par LaliceSAmuse

photo by LALICE

photo by LALICE

L'homme marche sur l'ancienne voie ferrée. Tout est calme, il est recouvert par le silence et la neige.

Dans sa main, l'homme tient un bout de bois qu'il traîne contre les vieilles traverses. Il apprécie ce calme froid, il le respecte, il veille à ce que ses pas ne crissent pas dans le manteau blanc. 

Ça fait combien de temps déjà? Nul ne le sait. Il est sans personne. Personne n'a pu le sauver autrefois. Le poison dans ses veines est trop fort.

 

Alice a rencontré Emmanuel quand elle avait dix-sept ans, il est de trois ans son aîné. Leur relation était comme celle d'un jeune homme et d'une petite femme en devenir. 

Manu était cool, de jolis muscles, un air rebelle qui cachait une fragilité attendrissante. Un travailleur acharné qui voulait monter une start-up dans une grande ville. Elle allait passer son Bac L en rêvant d'une carrière de guide dans les châteaux tous plus beaux les uns que les autres. Ils étaient beaux ces deux-là, c'est ce que tout le monde disait. À part Valentine qui était amoureuse d'Emmanuel bien sûr. Elle cherchait à lui faire admettre qu'Alice n'était qu'une gamine sans importance. 

Mais Emmanuel était un bon vivant, il se tapait Valentine et restait dans son confort avec Alice. Tout allait bien. Il commençait à travailler dans une petite entreprise de son quartier, son nom était ringard, la déco aussi. Alice entra en fac d'histoire de l'Art. Ils ont dû se séparer trois ou quatre fois, mais à 19 ans rien ne paraît insurmontable.

 

Il fait froid et les poils de sa barbe commencent à geler. Ses yeux bleus virent au gris pendant que l'homme continue de marcher sur la voie ferrée désaffectée. 

Aucun train ne passera ici. 

Il ne craint pas le givre qui s'attaque à ses cheveux désormais.

Les fleurs, carnivores, autour de lui le dévisagent.

 

Après une énième nuit, Valentine tout en respirant une Marlboro, donna une énième leçon de vie à Emmanuel. Elle le considérait plus un petit frère qu'un amant, il faisait bien les deux. 

Elle était folle Valentine, c'est ce qu'il aimait chez elle Emmanuel. Elle savait qu'il était amoureux de Clara, mais Clara le méprisait. Emmanuel était assez satisfait de la jalousie que ça entraînait chez Valentine, même si de Valentine il n'aimait que le cul.

 

Les scorpions commencent à sortir des fourrés mais l'homme n'accélère pas le pas. 

 

Valentine parlait en déclamant de longues phrases tout le temps, ça agaçait Emmanuel, n'empêche qu'il venait la voir quand il voulait parler à quelqu'un d'autre qu'Alice. Elle pensait toutes ses phrases, était convaincue de leur vérité mais savait les remettre en question à force de les répéter. Elle détestait la vie d'Emmanuel, pourquoi s'emmerder avec Alice, en plus ça doit être un mauvais coup avec sa tête d'ahurie. Elle est belle, y'a rien à dire mais elle n'a pas l'air intéressant. Pour Valentine, le capital d'intérêt qu'inspire une personne la rend belle ou carrément laide.

Clara était belle au moins. Une femme magnifique avec des yeux de chat. Un corps de déesse. Lorsqu'elle la vue pour la première fois, Valentine est tombée amoureuse d'elle. C'est ce qui la rapproche le plus d'Emmanuel.

 

La Femme n'est toujours pas là. Son physique attire les dragueurs, les tueurs en série et les violeurs. Et elle aime ça. Ses vêtements sont toujours les mêmes. Des vêtements de petite fille, une ou plusieurs fleurs dans les cheveux mais les yeux noirs. Noirs comme les yeux d'une femme qui rend fou chaque homme à chaque regard. 

L'homme la cherche sans s'arrêter, c'est au tour de ses lèvres de devenir bleues.

 

Après quelques temps, Clara et Valentine étaient devenues très amies, ce qui n'était pas pour plaire à Emmanuel. Alice le perdait de jour en jour, c'est la routine qui les tenait ; Valentine allait de temps à autre mettre de l'huile sur le feu presque éteint. Valentine après une année pour Emmanuel, s'était lassée de lui, mais continuait d'être sa confidente et très rarement sa maîtresse. Emmanuel montrait de plus en plus sa fragilité. Plus de motivation pour la start-up, son boulot était pas mal finalement. Alice lui tapait sur le système mais il ne pouvait pas s'en séparer. Il croyait toujours que quelque chose était possible avec Clara mais elle n'en avait cure et prenait du plaisir avec Valentine. Valentine avait de la peine pour Emmanuel et a entrepris de l'aider. Elle allait l'attendre à la sortie du travail jusqu'à ce qu'Alice le découvre. Alors Valentine ne venait plus, de toute façon, Emmanuel ne voulait plus d'elle, c'était lui qui décidait, alors elle devait lâcher ce qu'elle était en train de faire. Emmanuel lui tapait sur le système, elle allait le lâcher bientôt.

 

L'homme commence doucement à sentir ses jambes se dérober sous lui, ses pieds ne touchent plus le sol. Des sosies de La Femme le suivent. Mais il le sait, elles ne sont pas vraies, leurs articulations mécaniques grincent à chaque mouvement.

 

La première nuit que Valentine a passée avec Clara fût phénoménale, elle s'attendait à un feu d'artifice et c'est ce qu'elle a eu. Plein les yeux, elle en a eu. Clara était encore plus belle lorsqu'elle était nue. Ses petits seins étaient fermes, sa chatte toute petite aussi. Valentine et Clara n'avaient jamais couché avec des filles avant mais peu importe le genre quand la personne est si belle. Elles étaient ivres, avaient dansé, avaient dansé... C'est tout. C'est bien. Elles s'embrassent sans cesse.

 

Emmanuel arrive devant La Femme. Les poupées ont arrêté de le suivre. Un scorpion a dévoré son petit doigt gauche. C'était avant qu'il se batte avec l'oiseau rouge. Le ciel est maintenant dégagé. Il parle avec La Femme. Il lui demande où s'arrête la voie ferrée. Elle dit qu'elle ne sait pas. Elle veut bien l'accompagner jusqu'au bout. Elle a de bonnes chaussures. Emmanuel lui dit qu'avec lui, elle n'a rien à craindre. Les étoiles tomberont sur eux la nuit prochaine. Elle sourit, il n'y a rien à craindre des étoiles. 

Lorsqu'il lui demande depuis combien de temps elle erre sur cette voie ferrée, elle répond que c'est depuis qu'il pense à elle, sa poupée.

 

Un soir alors que Valentine se moque du faire-part de naissance du bébé d'Alice, Clara lui demande : " Combien de temps ça fait qu'Emmanuel est en Réa?"

Valentine devient alors grave et lui répond qu'il n'est pas redescendu depuis 9 mois maintenant. Clara lui demande de voir le faire-part.

 "On écoute Space Odity?" lance Valentine.

 

>Lalice

 

 

Publié dans De L'autre Côté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article